La sophrologie pour les hommes

Pourquoi ne pas se mettre à la sophrologie quant on est un homme ?

Dans un monde en constante évolution et où le patriarcat semble difficilement mais surement disparaître, l’homme, « le vrai mâle », souffre dans cette société qui donne l’impression de ne plus vouloir laisser sa place à une idéologie masculine, virile.

L’estime de soi, le rapport à la femme, à la féminité…et bien d’autres points, sont des aspects qui méritent d’être travaillés avec les hommes. En sophrologie, avec les différents piliers qui la compose, il est tout à fait possible d’aider l’homme cis hétérosexuel à se retrouver dans ce chamboulement.

L’origine du stress des hommes

Bien que cette évolution semble nécessaire et favorable à une égalité entre l’homme et la femme dans la société, force est de reconnaître que l’être humain masculin a gagné en détresse dans cette lutte contre le patriarcat.

Mais là n’est pas la plus grosse source d’angoisse exacerbée de l’homme. Elle l’a juste renforcée !

Ne nous y trompons pas, même si James Brown chantait « This is a man’s world » (« C’est un monde d’hommes) en 1966, le sexe masculin a toujours été acculé par la pression de ce qu’on se doit d’attendre d’un homme.

Ne pas montrer ses émotions, être fort, faire preuve de détermination et d’ambition. Dès le plus jeune âge les garçons sont conditionnés. J’y vois personnellement, une perpétuation d’un schéma éducatif mal calibré, délivré autant par les mères que par les pères (lorsque ces derniers sont présents et impliqués dans l’éducation de leurs fils).

Cette « mauvaise éducation » a conduit les hommes à mal percevoir le sexe opposé. Le considérer comme faible, fragile et instable.

Cumulez donc cette erreur ancestrale dans l’éducation, composée de schémas erronés sur comment doit être un homme, couplé à cette ascension du féminisme renvoyant à la face des hommes leurs nombreuses erreurs de communications et d’actions dans toutes les sphères, vous avez des hommes perdus, stressés et effrayés face à l’ampleur du travail que ces changements leur imposent.

Et les conséquences sur leurs bien-être

En plus du stress précédemment cité plus haut, les conséquences de tous ces évènements sur le bien-être des hommes sont variés et nombreux.

Par rapport à la perception qu’ils ont d’eux-même. Les hommes se posent des questions : « Comment être un homme aujourd’hui ? » « Que dois-je faire pour rester un homme viril mais compréhensif ? » et j’en passe…

On parle de plus en plus de la pression du physique. Accepter son corps, le « dad bud » (le ventre qui grossit avec l’âge associé à la paternité), épilé ou pas, prendre soin de soi mais pas trop de peur d’en faire plus que les femmes (qui parfois même voient d’un mauvais œil un homme qui passe plus de temps qu’elles dans la salle de bain !).

Par rapport aux autres : « Comment faire des avances à une femme sans paraître lourd ? » « Accepter que mon fils aime jouer avec des jouets roses ou communément considérer pour les filles. »

Les hommes souffrent autant que les femmes de la pression sociale. Les chiffres sont pourtant alarmant :

Environ 10 % des hommes éprouvent des problèmes de santé mentale au cours de leur vie(1). Environ un million d’hommes souffrent de dépression grave chaque année(2). En moyenne, 4 000 personnes se suicident au Canada chaque année et, de ce nombre, 75 % sont des hommes(3).

https://homewoodhealth.com/sante/5a12fe96f90eae021dfd5acd/la-sante-mentale-des-hommes

Rajoutons à ça leur défiance envers les psychothérapies, les psychologues, les thérapies comme la sophrologie…vous avez donc des hommes qui souffrent en silence car demander de l’aide est un aveux de faiblesse.

La sophrologie pour les homme, une solution.

Pourtant les thérapies pourraient permettre aux hommes, cherchant des réponses à leurs questions, de trouver un salut à tout se qui les rongent de l’intérieur et nuisent à leur santé mentale.

Avec la sophrologie, une thérapie brève qui permet de fixer un objectif clair et précis, limité dans le temps, les hommes trouveraient au sein de cette pratique beaucoup de bienfaits pour mieux appréhender tous les défis auxquels ils ont à faire face.

Sans être une psychanalyse (dont ils ont le plus peur... »Vous allez me poser des questions sur mon passé ? ») ni une pratique spirituelle avec des concepts qui leurs semblent éloigné à leurs besoins.

La sophrologie serai le compromis idéal pour travailler leurs rapports à eux-même (estime de soi, garder sa virilité tout en étant à l’écoute d’eux-même) et aux autres (meilleure communication sur leurs ressentis, aisance à approcher la gente féminine en se débarrassant des pensées limitantes induites par l’essor du féminisme).

Il y a une pléthore de possibilités à travailler en sophrologie pour réduire la charge mental (eh oui, aussi) que subissent la gente masculine !

Prendre soin de vous extérieurement, mais aussi intérieurement est, selon moi, la clé pour mieux vivre ce chamboulement que notre monde vit. Sans vous sentir exclu ou menacé.

La sophrologie vous permettra de vivre tout ce chamboulement dans la sérénité. Et croyez moi, une fille bien avertie, sera toujours plus intéressée par un homme lui disant qu’il suit une thérapie 😉

Scroll to top